Bague de fiançailles

À voir aussi : Guide de dimension des bagues

Un anneau, sans début ni fin…

fiancaille1

« Accepte cette bague en témoignage de mon amour et de ma fidélité. »

Il lui passe un anneau d’or au doigt; elle fait de même pour lui.

Il n’est pas de geste plus chargé de symbolisme que l’échange des alliances. Chaque couple a, sans aucun doute, sa propre histoire à raconter sur ce sujet mais, en même temps, les anneaux sont porteurs d’une tradition séculaire, à laquelle chaque génération a apporté sa signification. Les bagues évoquent la promesse et la fidélité,l’amour et l’engagement.

Notre tradition occidentale d’offrir une bague à l’occasion d’un mariage remonte à l’époque romaine et peut-être plus loin encore. Il existe une hypothèse selon laquelle à la préhistoire, l’homme qui enlevait une femme d’une autre tribu portait à la cheville un bracelet en signe de possession de cette femme. C’est de là que viendrait notre alliance. Est-ce vrai ? Qui le dira …En effet, il n’existe pas de sources scientifiques pour le confirmer. D’autre part, il est clair que la bague, ce cercle sans début et sans fin, constitue en elle-même un très fort symbole de pérennité.

Au temps des Romains,les fiançailles présentaient la force contraignante d’un contrat. Il était d’usage d’offrir à la future mariée une bague à titre de confirmation et de signe public que la promesse faite serait tenue.

Les anneaux sigillaires étaient très populaires à l’époque : ils donnaient à l’épouse le droit de « marquer de son sceau » les biens du ménage. Une représentation fréquente est le motif de la « fede » bague symbolisée par deux mains réunies. On ne sait pas avec précision, à quel moment la bague de fiançailles est devenue l’alliance. La transition se fait très progressivement. Au Moyen-Age cependant, les riches optaient pour une bague sertie de pierres précieuses. La couleur, la dimension et la beauté de la pierre jouaient un rôle. Les pierres précieuses étaient considérées comme un talisman, censé protéger la personne qui le portait contre le malheur ou devant assurer la guérison. Une émeraude, par exemple, est symbole de désir inassouvi et de virginité et sa popularité est donc grande pour la réalisation de bagues de fiançailles. Le rubis évoque la passion et l’amour partagé.

S’il est une pierre précieuse réservée exclusivement aux happy few, c’est bien le diamant, cette pierre recherchée et appréciée pour sa dureté et sa transparence, qui symbolise la force et le pouvoir,l’invincibilité et l’immortalité.

Étant donné que les possibilités techniques étaient encore assez limitées à l’époque, le diamant ne s’utilisait qu’en solitaire dans sa forme cristalline naturelle, à savoir l’octaèdre ou l’octogone. La dimension du diamant symbolisait à son tour l’intensité de l’amour du fiancé. A la fin du quinzième siècle, la taille du diamant connut un tournant : l’enlèvement de la pointe de l’octaèdre fit apparaître la table du diamant qui lui conféra un plus grand éclat.

Signes d’amour partagé :

Une des nouveautés les plus marquantes de cette période sont les anneaux doubles, composés de deux (parfois trois) cercles distincts séparables et rattachés entre eux par une charnière. À l’occasion des fiançailles, chacun des futurs époux se voyait offrir une moitié et, lors du mariage, le mari offrait sa moitié à la mariée : réunis, il semblent former une seule bague, symbole de leur unité dans le mariage. Si la bague comporte un troisième anneau, celui-ci est confié lors du mariage en dépôt à une personne de confiance qui est témoin du mariage.

Cœurs romantiques :

Vers 1600, les anneaux doubles sont liés au motif romain de la « fede » ou aux deux mains unies : une main sur chaque anneau. Parfois, on ajoute encore un troisième élément et les deux mains tiennent un cœur, le symbole par excellence de l’amour romantique.

Apparaissent ensuite les bagues, gravées de courts poèmes sur la face intérieure ou extérieure de l’anneau. Certaines étaient d’inspiration très sérieuse et religieuse, d’autres spirituelles et pleines d’humour. Mais la plupart de ces bagues témoignaient d’un amour profond et ardent aussi bien que d’une grande tendresse.A partir du 18e siècle, la bijouterie est fortement influencée dans son esthétique par la frivolité du rococo. On orne les bagues de déclarations d’amour : souvenir, amour, amitié, etc., formées par des rangées de petits diamants.

Acronyme :

À la fin du 18e siècle vient s’ajouter une autre nouveauté: les bagues dites à regard dont les pierres forment une sorte d’acronyme. Lues dans un certain ordre, les premières lettres des pierres forment un mot : lapis-lazuli, opale, vermeil (grenat hessonite) et émeraude suggèrent le mot « Love ».

Dans certaines bagues, on retrouve les noms des amoureux. Ce système se prêtait aussi à l’inscription de messages plus personnels et plus longs.

La bague protégée

La valeur sentimentale des bagues, témoignages d’amour, était grande. Et cela donna lieu à l’apparition d’un nouveau type de bague, sertie de diamants et qui devait protéger la bague de fiançailles et/ou l’alliance. La symbolique est double le cercle en soi est infini, le diamant est indestructible.

Un anneau en devient deux :

Au début du vingtième siècle, les deux bagues étaient devenues un élément immuable de la tradition matrimoniale en Occident et il en va toujours ainsi aujourd’hui : la bague de fiançailles en diamants (généralement avec un brillant solitaire)à titre de symbole ultime de l’engagement entre deux personnes qui s’aiment et la simplicité des alliances en signe d’un lien sans début ni fin,éternel.

Une Touche Personnelle

De nos jours on se marie de moins en moins et pourtant, la symbolique des anneaux gagne en force. D’où la demande accrue d’y apporter une touche personnelle, et les créateurs en tiennent fort opportunément compte Ainsi nous voyons ces derniers temps de plus en plus d’alliances serties de diamants, peut être parce que les fiançailles proprement dites se font moins fréquentes. Généralement c’est elle qui la porte, mais parfois aussi lui: Un anneau plus petit, moins voyant, et carré, plus masculin. Ou alors le diamant est caché sur la face interne: seul le porteur en connaît la signification et s’en souvient.

D’autres créateurs s’inspirent de l histoire; une bague avec un vers gravé à l ‘intérieur qui a pour les mariés une signification particulière. Mes clients me demandaient « qu’est ce qu’on peut graver ? »je leur répondais vous n’avez pas d’idées ? et bien mettez « À toi pour la vie signé Popol à Paulette ». C’est étonnant , mais ils n’en voulaient pas et trouvaient vite une idée. Le plus souvent finalement, ce sont les prénoms et la date de l’évènement. D’autres jouent de l opposition du cercle et du carré en symbolisant le pôle masculin et le pôle féminin qui constituent un seul et même tout.

Enfin il y a les couples qui souhaitent réellement raconter leur propre histoire dans les bagues. C’est pour les créateurs un des commandes les plus intéressantes. le thème « être proche » est très prisé : des anneaux qui portent à l’intérieur à titre de rappel permanent de l autre, des bagues ou est gravé le rythme cardiaque de l’être aimé, ou encore l empreinte de son doigt dans la bague de l’autre, symbole d’unité et de présence. Les jeunes gens sont aujourd’hui vraiment à la recherche de quelque chose qui exprime davantage que ne le fait l’alliance classique.