Vermeil

Le Vermeil n’est pas un alliage mais simplement de l’argent recouvert d’or par placage (avec un titre minimum de 750/1000 pour le placage et de 800/1000 pour l’argent). Il est considéré comme un métal précieux, à ce titre objet de réglementations douanières.

Les premiers objets en vermeil furent réalisés par les Incas à l’aide de procédés particulièrement élaborés. C’est en France au début du XVIIIè siècle que la technique du vermeil se développe. Sa production a ensuite été arrêtée en raison de la toxicité du mercure nécessaire à sa production. De nos jours, un procédé de placage par électrolyse a remplacé l’ancien procédé.

Autrefois très utilisé en coutellerie et en bijouterie pour sa résistance, il a été abandonné à cause de son prix de revient trop élevé. La Maison Blanche dispose cependant d’un service de table en vermeil, exposé dans sa salle vermeil.

Au Canada, le Bureau de la concurrence (section métaux précieux) en donne la définition suivante : les marques de qualité (vermeil ou vermil) utilisées pour le vermeil ne peuvent être apposées que sur des articles comprenant au moins 92,5 % d’argent et plaqués d’or d’au moins 10 microns. Aucune norme n’a été fixée quant à l’épaisseur minimale du revêtement d’or.